[ distribution ] 11 enseignes de distribution s’unissent contre la loi Descrozaille et son impact sur l’inflation

C’est une première dans la grande distribution française : 9 groupes ont signé un courrier commun pour interpeller les 577 députés français. Les 11 enseignes Auchan, Carrefour, Franprix, Monoprix, Casino, Cora, E.Leclerc, Intermarché, Lidl, Netto et Système U se mobilisent ainsi pour dénoncer une proposition de loi présentée par les députés Frédéric Descrozaille et Aurore Bergé.

publié le Lundi 16 Janvier 2023

Précédente Suivante

Ayant pour objectif de « sécuriser l’approvisionnement des Français en produits de grande consommation », cette proposition de loi sera soumise au vote de l’Assemblée nationale ce lundi 16 janvier. Les entreprises précitées pensent qu'elle « vise en réalité à empêcher la négociation commerciale au profit des très grands industriels », et qu'elle « alimentera dramatiquement et durablement l’inflation ». En cette période de consommation difficile liée à l'envol des dépenses contraintes comme l’énergie, et alors que beaucoup de sujets sociaux mobilisent déjà une partie des citoyens, les enseignes de la grande distribution française appellent les députés de toutes appartenances politiques à mesurer « les effets explosifs » de ce projet. « Souhaitez-vous prendre la responsabilité d’une aggravation durable de l’inflation en France ? » lancent d’une voix ces concurrents.

Éviter de vives hausses de prix pour
défendre les consommateurs et les PME
Ouvertement soutenu par les principaux représentants d’intérêts de l’agro-industrie (Ilec), ce texte serait - selon les distributeurs - « volontairement technique » pour « masquer ses conséquences inéluctables ». Il obligerait les enseignes à accepter les prix des multinationales, même avec des hausses supérieures à 30 % ; ces géants de l'agro-alimentaires proposant des marques incontournables, nécessaires dans tous les réseaux de distribution.
Auchan, Carrefour, Franprix, Monoprix, Casino, Cora, E.Leclerc, Intermarché, Lidl, Netto et Système U jugent cette loi « désastreuse pour les consommateurs », et « inévitablement préjudiciable aux PME françaises ». Les petites et moyennes entreprises résisteraient moins que les grands groupes à la baisse prévisible des ventes. Le président de la principale fédération des PME de l’agroalimentaire évoque des hausses de prix pouvant atteindre + 50 %.
« S’ils mesurent les conséquences inévitables de cette proposition de loi, est-ce vraiment le message que les députés veulent adresser à la Nation dans le contexte économique, politique et social d'aujourd’hui ? » ajoutent encore les 11 enseignes concernées. Plusieurs ministres auraient publiquement fait savoir qu’ils étaient réservés ou défavorables à cette proposition de loi. Les résultats du vote de l’Assemblée Nationale sont attendus dans la journée.

 

► Découvrez d'autres infos sur la distribution alimentaire avec FAIRE SAVOIR FAIRE, le magazine des marques et des produits de grande consommation 


marque de l'article :
  • auchan


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché épicerie

copyright© 2023 | Site : JCD.web