[ analyse ] SNPE : très forte hausse des prix des épices et plantes aromatiques en provenance de la zone Asie-Pacifique

Le Syndicat National des transformateurs de Poivres, Épices, aromates et vanille (SNPE) regroupe les entreprises importatrices ou établissements du secteur, exerçant principalement les activités de trituration et de conditionnement de ces matières premières. Aujourd'hui, le SNPE note la raréfaction des matières premières et augmentation significative du coût du fret maritime : le secteur des épices et des plantes aromatiques connaît une situation sans précédent. À cela s’ajoute, la difficulté d’approvisionnement supplémentaire que génère la crise de l’oxyde d’éthylène pour les épices / herbes originaires d’Inde. Pour le SNPE, représentant les professionnels du marché français, des répercussions importantes sur les prix sont d’ores et déjà à prévoir sur les produits finis.

publié le Jeudi 10 Juin 2021

Précédente Suivante

À la source, une raréfaction des matières premières

Pour de nombreuses plantes aromatiques et épices originaires de la zone Asie-Pacifique, première région productrice au monde, les récoltes à venir s’annoncent plus faibles que les années précédentes en raison d’une pluviométrie inhabituelle. Associée à ces conditions météorologiques défavorables, l’abaissement des seuils règlementaires en matière de résidus de pesticides bouscule lui aussi l’approvisionnement en matières premières, rendant ainsi le marché profondément instable.

Les pays importateurs doivent donc faire face à une augmentation significative des coûts : quelques exemples sur les épices telles que le poivre noir (+80%)1 et blanc (+71%) en provenance du Vietnam, la cannelle d’Indonésie (+48%) ou encore le céleri graine d’Inde (+50%).

« La crise ETO et les très nombreux rappels de produits, renforcent les difficultés d‘approvisionnement des entreprises et de toute la chaine alimentaire qui utilisent des épices / herbes originaires d’Inde » Olivier RIOMET, Président SNPE

Côté transport, une augmentation du coût du FRET sans précédent

Le secteur du transport et de la logistique est fortement perturbé par la pandémie et ses répercussions commerciales, un peu partout dans le monde. Le trafic maritime qui fonctionne à plus de 99 % de ses possibilités est affecté par des flux de marchandises totalement inattendus.

« Alors qu’un container de 40 pieds2 coûtait il y a huit mois 1 850 USD3 , il coûte aujourd’hui 14 000 USD, soit +677% ! Cela pourrait représenter un impact de plusieurs dizaines de centimes par kilo sur le prix d’achat » ajoute le Président du SNPE.

Cette tension pourrait s’accroître à la mi-année (commandes destinées aux festivités de Noël, suivies de près par le nouvel an Chinois, dans un contexte de réouverture progressive des magasins et d’un rebond des économies post crise COVID).


marque de l'article :
  • Snpe


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché épicerie

Reportages vidéos épicerie

copyright© 2021 | Site : JCD.web